3ème Journée internationale des filles - conférence débat au Ministère des Affaires étrangères et du Développement international (8 octobre 2014)

3ème Journée internationale des filles - « Apprendre sans peur : un enjeu majeur pour l’éducation des filles » conférence débat au Ministère des Affaires étrangères et du Développement international (8 octobre 2014)

Le 8 octobre, le ministère des Affaires étrangères et du Développement international et l’ONG Plan International France ont coorganisé une conférence-débat sur les violences de genre en milieu scolaire, reconnues comme un des principaux freins à l’éducation des filles. Cet évènement aura pour objectif de mobiliser et sensibiliser les acteurs et responsables politiques sur la question des violences de genre en milieu scolaire par un partage d’expériences.

La conférence-débat a réuni la secrétaire d’État au Développement et à la Francophonie, la Directrice générale de l’UNESCO, des ministres de l’Éducation africains (Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée), UNGEI et des acteurs de la société civile engagés sur la problématique (Plan International France et Plan International Togo, ICRW, témoins,…).

À l’heure du bilan des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) et de l’Education Pour Tous (EPT), cette conférence s’inscrit dans la perspective de l’adoption du futur agenda pour le développement après 2015.

Le contexte : le thème de la Journée internationale de la fille 2014 est "Autonomiser les adolescentes pour mettre fin au cycle de violence"

Aujourd’hui encore 65 millions de filles n’ont toujours pas accès à l’éducation, élément clé de leur émancipation et du développement de leur pays.

Le thème de cette année pour la Journée internationale de la fille, « Autonomiser les adolescentes pour mettre fin au cycle de violence », a été choisi pour souligner l’importance des investissements en faveur de l’autonomisation des adolescentes, de la prévention et de l’élimination des différentes formes de violence dont elles sont victimes.

L’éradication de toutes les formes de violence à l’égard des filles et des femmes nécessite des efforts particuliers en direction des adolescentes, qui jouent un rôle déterminant pour les générations d’aujourd’hui et de demain et constituent un segment particulièrement vulnérable de la société.

L’éducation, la formation professionnelle, la garantie des droits sexuels et reproductifs ou encore la participation citoyenne sont autant d’enjeux pour améliorer l’autonomisation des adolescentes.

Pour en savoir plus sur l’action de la France en matière de droits des filles

publié le 10/10/2014

haut de la page