Conditions de séjour touristique

Court séjour

Les ressortissants français sont dispensés de visa pour un séjour touristique en Turquie ne dépassant pas 90 jours sur une période de 180 jours, que le séjour soit continu ou fractionné. Ils doivent être munis d’une carte nationale d’identité ou d’un passeport individuel dont la durée de validité dépasse d’au moins 150 jours la date de l’entrée en Turquie.

Les cartes nationales d’identité françaises (CNI) délivrées à des majeurs entre le 1er janvier 2004 et le 31 décembre 2013 sont encore valables 5 ans après la date de fin de validité indiquée au verso, mais aucune modification matérielle de la carte plastifiée n’atteste de cette prorogation.
Les autorités turques ont accepté officiellement cette prorogation. Toutefois, de façon à éviter tout désagrément pendant son voyage, il est fortement recommandé de préférer l’utilisation d’un passeport valide à celle d’une CNI portant une date de fin de validité dépassée, même si elle est considérée par les autorités françaises comme étant toujours en cours de validité.
En cas de voyage uniquement avec sa CNI, il est recommandé de télécharger sur cette page et d’imprimer la notice multilingue.

Le voyageur doit néanmoins s’assurer, pour être autorisé à entrer sur le territoire turc, que la date de validité de ce document dépasse d’au moins 150 jours la date de l’entrée en Turquie.
Un passeport périmé utilisé comme document de voyage ne permet pas à son titulaire d’être admis sur le territoire turc.

Par ailleurs, afin d’éviter tout problème d’entrée ou de sortie du territoire turc, les mineurs voyageant non-accompagnés par leurs parents :

- doivent être munis d’un passeport dont la durée de validité devra dépasser d’au moins 150 jours la date de l’entrée en Turquie.

- doivent être munis, à défaut de passeport, d’une carte nationale d’identité dont la durée de validité devra dépasser d’au moins 150 jours la date de l’entrée en Turquie, d’une part, et d’une autorisation de voyage établie sous seing privé par le(s) parent(s) et comportant une signature légalisée ou, en cas de voyage scolaire, d’une attestation délivrée par le chef d’établissement, d’autre part.

En outre, en prévision de leur retour en France, nos compatriotes binationaux veilleront également à se munir d’un document de voyage français (passeport ou carte nationale d’identité) en cours de validité.

publié le 05/04/2022

haut de la page