Dîner de rupture du jeûne au Palais de France, mardi 14 mai 2019 [tr]

Le Palais de France a accueilli mardi 14 mai, près de 250 convives de différents milieux, croyants de différentes religions ou non croyants, des hommes d’affaires, des artistes, des universitaires et des journalistes autour d’un dîner pour la rupture du jeûne.

Dans son discours prononcé en français et en turc, le Consul général a affirmé qu’il était heureux d’ouvrir les portes du Palais de France pour la sixième fois consécutive pour un moment de fraternité dans le contexte du Ramadan : « La laïcité, c’est aussi la traduction de notre devise républicaine : c’est la liberté de croire ou de ne pas croire ; c’est aussi l’égalité entre tous les cultes et toutes les croyances, qui sont traités de la même façon. La laïcité, c’est aussi bien sûr la fraternité entre croyants et avec les non-croyants. Cette fraternité, elle est aussi au cœur du mois de ramadan. Il est important de maintenir cette convivialité et ce dialogue dans une période où les tensions sont, hélas, de plus en plus palpables. En effet, en Nouvelle-Zélande, au Sri Lanka ou encore récemment au Burkina Faso, des hommes et des femmes ont été ciblés en raison de leurs croyances. » a-t-il déclaré.

Cliquer pour lire le discours du Consul général

©Nathalie Ritzmann
©Nathalie Ritzmann
©Nathalie Ritzmann
©Nathalie Ritzmann
©Nathalie Ritzmann
©Nathalie Ritzmann

©Nathalie Ritzmann

publié le 15/05/2019

haut de la page