Exposition de M. Mustafa ATA au lycée Saint Benoît

Allocution de Madame Muriel DOMENACH, Consule générale de France à Istanbul, à l’occasion de l’inauguration de l’exposition de l’artiste peintre Mustafa ATA au lycée Saint Benoît.

Mercredi, 2 octobre 2013

En cette année du 230ème anniversaire du Lycée Saint-Benoît, c’est avec plaisir que j’ai répondu à l’invitation du directeur, M. Gentric, qui m’a proposé de placer cet évènement artistique "Sous le Haut patronage de Mme La Consule générale de France".

Nouvellement arrivée à Istanbul, c’est avec plaisir que j’ai répondu favorablement à cette demande, d’autant plus que cette exposition honore l’un des artistes contemporains majeurs de la Turquie dans un lycée dont le patrimoine éducatif est reconnu dans le paysage scolaire stambouliote depuis 230 ans. 230 ans et 4 siècles d’histoire, un tel passé mérite reconnaissance et respect pour ceux qui ont œuvré au service de l’éducation et de l’enseignement.

C’est ainsi que je comprends la présence de M. Mustafa Ata dans cette galerie. Son œuvre enrichit le patrimoine artistique de la Turquie. Et le lycée Saint-Benoît illustre une nouvelle fois sa contribution au patrimoine éducatif de la Turquie en lui offrant une tribune. La programmation de cette année du 230ème anniversaire est ainsi significative, le Lycée Saint Benoît a souhaité célébrer ses 230 ans avec des noms prestigieux du patrimoine culturel et artistique de la Turquie contemporaine.

La signature de M. Ata est reconnaissable.
Il apporte une nouvelle dimension à la relation espace – temps. Avec des centaines d’expositions de groupes, de multiples expositions solos, des expositions en ligne, il enthousiasme les amateurs et collectionneurs d’art.

Son esthétique et son langage particulier sont reconnus et sa réputation a depuis longtemps dépassé les frontières : Amérique, France, Allemagne, Grande Bretagne, Autriche...
Pour beaucoup d’artistes, M. Ata a un style unique.

Il a créé son propre univers et crée un nouveau sens artistique.
Sa sensibilité s’exprime sous forme de symboles, d’abstractions et de constructions élaborées. Une poésie pleine de finesse, basée sur un solide cycle de couleurs, pleine d’énergie dans des contextes pluriels.
Je comprends le bonheur de M. Gentric et de la communauté éducative qui vous accueillent ce soir dans cette belle Galerie au service des arts et de l’éducation. J’ai appris que vous proposeriez un échange aux élèves dans le cadre des cours d’arts plastiques, c’est une merveilleuse idée.

Nous soutenons pleinement ce genre d’initiative qui favorise la rencontre, qui contribue à promouvoir la compréhension et le respect des valeurs culturelles d’autrui, et qui, finalement, réunit nos cultures autour de la culture.

Muriel DOMENACH

publié le 18/06/2014

haut de la page