Saison de la Turquie en France : sélection d’articles parus dans la presse écrite turque (du 1er juillet 2009 au 8 février 2010)

- Est-ce Français, est-ce Turc ?, Aksiyon N° 792, du 8 au 14 février 2010

L’influence française s’est imposée très rapidement dans la langue et le mode de vie des Ottomans. Partant de cette constatation, l’exposition « Café & Croissant », qui s’est d’abord déroulée à l’université de Strasbourg dans le cadre de la Saison de la Turquie et qui se trouve à l’heure actuelle à Istanbul, suit la trace de ces influences réciproques.

- Nombre de visiteurs record pour l’exposition De Byzance à Istanbul, à Paris, Vatan, 29 janvier 2009

L’exposition « De Byzance à Istanbul, un port deux continents », qui se tenait au Grand Palais, un des plus importants lieux d’exposition de Paris, depuis le 9 octobre dernier dans le cadre de la Saison de la Turquie en France, a pris fin le 25 janvier dernier. Très prisée par les Parisiens, elle a reçu 241 233 visiteurs en deux mois et demi. Pendant cette période, 1632 enfants ont participé aux 84 ateliers d’enfants réalisés par les pédagogues. Le catalogue a été vendu à 5 064 exemplaires. L’exposition dont le conservateur était Nazan Ölçer, directrice des expositions de la Saison et du musée Sakip Sabanci, relate les 8 000 d’histoire d’Istanbul.

- La signature de Hanif à Paris, Hürriyet, 29 janvier 2010

Soutenu dans le cadre de la Saison de la Turquie en France, le défilé été 2010 de Dilek Hanif s’est déroulé avant-hier pendant la semaine de la Haute Couture à Paris. L’intérêt de la presse mondiale était grand pour la styliste qui a déclaré avoir préféré un défilé de salon traditionnel pour permettre aux invités de voir de plus près les détails des créations et le travail manuel.

- Le théâtre turc en France, Haber Türk, 28 janvier 2010

La Saison de la Turquie en France se poursuit avec le théâtre et des spectacles de danse. Alors que la compagnie TalDans se produit avec « Dokuman », et Garajistanbul avec « Günesli Pazartesi » et « Ashura », le théâtre historique de l’Odéon à Paris consacre une semaine spéciale au théâtre contemporain turc du 13 au 19 février.

Patronnée par les ministères des affaires étrangères et de culture turcs et français et réalisée par l’IKSV en coopération avec CulturesFrance, la Saison de la Turquie en France se poursuit aux quatre coins du pays depuis juillet dernier dans le cadre de diverses activités.

- Trois expositions et un colloque en France, Cumhuriyet, 19 janvier 2010

Alors que les expositions ouvertes au Grand Palais et au musée du Louvre approchent à leur fin, trois nouvelles expositions d’artistes contemporains turcs ont été inaugurées à Paris et Rouen dans le cadre de la Saison de la Turquie en France. Il s’agit de l’Entre/Deux inaugurée au Cité internationale des Arts et deux expositions de photographies de Mahmut Celayir et Banu Aksu à Rouen. Un colloque sera, par ailleurs, organisé l’Université de Rouen qui réunira les artistes turcs installés en France et les philosophes turcs et français de l’Université Galatasaray.

- 
Coffee and croissant, both Turkish and French, Tuesday, January 12, 2010
İHSAN YILMAZ
Hürriyet

’Cafe & Croissant,’ a traveling exhibition organized as part of the Turkey Season in France, opens today at Istanbul’s French Cultural Center. Showing that relations between Turkey and France are not only political and diplomatic, but include strong cultural and artistic ties, the exhibition gives examples of the closeness of the two countries in language and daily life
The history of diplomatic and political relations between Turkey and France, and the significance of this history for both nations, is well known. But the relations between the two countries are not limited to politics and diplomacy ; they also include ties in the field of arts and culture, where their main effects can be seen.
A cultural documentary exhibition, “Café & Croissant : Both Turkish and French,” aims to show that these bilateral relations have left traces in the language, science and daily life of both countries.
The exhibition, inspired by an idea from Galatasaray University member and European Union expert Dr. Cengiz Aktar, has been developed, designed and realized by Zerrin Baydar, Çağlar Şavkay and Mesut Tufan.
Aiming to express the importance and continuity of relations between Turkey and France, the exhibition features the points where the two cultures come closer and interact, under thematic titles including “Journey of Words,” “Journey of People,” “Journey of Ideas,” “Science, Nature, Culture,” “Daily Life,” “Both Turkish and French” and “Events and Histories.”
As part of Turkey Season in France, this traveling exhibition has been displayed in various French cities since October 2009 and will end in March of this year. “Café & Croissant” opens today at the Istanbul French Cultural Center, which has supported and collaborated in the exhibition.
“Turkey and France are seen as countries that are far from each other in terms of geography and culture. Especially from the French side, Turkey is still unknown and there are still prejudices against it,” said Şavkay, explaining the genesis of the idea to organize this exhibition. “But these are not far countries ; they succeeded in establishing bilateral relations in the cultural, as well as diplomatic and political fields. The relationship between the two cultures is not only made up of differences, there are also factors that bring them closer. We wanted to remind people of this fact.”
While preparing the exhibition, Şavkay said the organizers benefited from the documents and views of Turkish and French scientists, historians and researchers who have done important work on Turkey-France relations. He said it was apparent that Turkey asked to have good relations with France in each era.
“Developments in the 16th and 17th century showed that it was possible. The French model had an important effect on the modernization of the Ottoman Empire and the founding of the Republic,” he said. “Relations also existed in the intellectual area. French culture is the one with which Turkey had the closest relations. It was a tool for Turkey to know modern Europe.”
“All these things have deepened bilateral relations,” he added. “Today there is perhaps a closeness between the two countries that can never be destroyed by daily political relations.”
Very good reactions
The “Café & Croissant” exhibition has been traveling between French cities for some time. Şavkay said the reactions they received during this process were very pleasing ; the exhibition drew much interest in every city it visited and people understood its aim. He added that the organizers felt it was important to open the exhibition in cities that other related events could not reach, saying, “In this way, small centers have established relations with the Turkey Season in France.”
According to Şavkay, the exhibition was free of charge and often accompanied by meetings, conferences and other events on Turkey that were organized by local cultural centers in France.
Speaking about the concrete effects of both countries on each other’s daily lives and language, Şavkay said the interaction in language showed itself first of all with the existence of thousands of French words in the Turkish language. Likewise, there are words of Turkish origin in the French language, as the exhibition shows.
“As for daily life, the name of the exhibition is a direct reference to these effects. Cafés and croissants are real ‘French’ parts of French daily life. But both have relations with Turkey and Turks too,” he said. “The Ottomans introduced coffee and the coffee culture to Europe. The thing that inspired croissants seems like nothing but the Ottoman crescent. Similarly, we have coffeehouses but also cafés. When we are eating croissants, we are eating an ordinary French thing.”
“Café & Croissant : Both Turkish and French” is on view at the French Cultural Center in Istanbul’s Taksim district through Feb. 10.
For more information, visit www.café-croissant.com and www.infist.org

- 
‘Doors of Heaven’ exhibition to open in French capital

An exhibition of photographs of the Great Mosque and Hospital of Divriği, one of the nine locations from Turkey on the United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization’s (UNESCO) World Heritage List, will go on public display in the French capital in March, news agencies reported last week. The historic mosque complex, which today fall within the borders of the eastern Anatolian city of Sivas, is billed as one of the finest examples of Seljuk stone carving and architecture in Turkey. Built around the years 1228-29, during the Mengücek period, the complex encompasses a large mosque, which also probably served as a madrasa, and a hospital. The architecture and the stonework used in the complex carry echoes of Armenian, Seljuk and Iranian influences.
Titled “Cennetin Kapıları” (The Doors of Heaven), the photo collection will go on display at an unspecified location in Paris within the framework of the ongoing Season of Turkey in France series of cultural events, the Anatolia news agency reported.
Curated and brought together by Divriği-born architect Hasan Basri Hamulu, the collection was first put on display at İstanbul Technical University’s (İTÜ) Taşkışla campus in April 2009. The photographs in the collection were taken by another architect, Cemal Emden, who is also a professional photographer specializing in architecture.
Noting that the Divriği mosque complex is under the threat of crumbling due to neglect, Hamulu told Anatolia that the exhibition was aimed at creating a certain level of awareness of the issue among the Turkish — and international — public. “The mosque and the hospital, which have been the victims of [unprofessional] restoration in the past 50 years, are trying to make their voices heard through these photographs,” he said.
The exhibition is first headed for Ankara before it travels to Paris in March. The Turkish organizers of the Season of Turkey in France are also aiming to put the collection on view in Lyon and Strasbourg, Anatolia said.
04.01.2010 Arts & Culture
TODAY’S ZAMAN WITH WIRES

- 
Istanbul, une capitale culturelle, Zeynep AVCI, Cumhuriyet, 10 décembre 2009

Une exposition qui fait sensation au Grand Palais à Paris : “De Byzance à Istanbul : un port pour deux continents”

Qui sait combien de chefs d’œuvres émanant des quatre coins du monde, de grands peintres ce lieu hautement prestigieux à Paris a accueilli jusqu’à ce jour. Mais aucune des expositions réalisées ici n’avait sans aucun doute relaté d’une manière aussi circonstanciée une ville à travers son histoire débutant à l’âge glaciaire, en passant par toutes les civilisations qu’elle a hébergées et les monuments artistiques qui la caractérisent.

L’exposition « De Byzance à Istanbul : un port pour deux continents » organisée dans le cadre de la Saison de la Turquie en France et qui restera ouverte jusqu’au 29 janvier 2010 comme par un film documentaire évoquant la formation géographique d’Istanbul à l’âge glaciaire. A mesure que vous parcourez les salles peu éclairées, vous découvrez les habitations stambouliotes pendant la préhistoire. S’ensuivent ensuite les époques archaïques, hellénistiques et romaines. Dans cette partie qui regorge d’objets venant des musées archéologiques d’Istanbul, sont exposés des monuments mis au jour à Izmit, Silivri et Silahtarağa. Les bijoux en or sur l’un desquels figure Héraclès qui ont été retrouvés à Izmit et l’une des têtes de serpent qui s’est détachée de la Colonne à Serpent qui se trouve sur la Place Sultanahmet sont impressionnants.

Dans la partie sur l’époque byzantine, ce sont les œuvres venues des plus grands musées et bibliothèque du monde qui vous fascinent. Le buste en bronze de l’Empereur Constantin vient par exemple de Belgrade tandis que celui de Théodose vient du musée du Louvre. Furent donc nombreuses les institutions qui contribuèrent à la réalisation de l’ensemble de l’exposition.

Constantinople telle qu’elle était au moment où elle fut conquise par Mehmet le Conquérant, époque qui marqua d’ailleurs la fin de Byzance, a également été dépeint lors de l’exposition. Ce dessin de Rumelihisar réalisé par un espion vénitien pendant le siège de la ville est d’une beauté surprenante. Le livret ramené de la Bibliothèque de Trivulziona à Milan a été installé dans une immense vitrine scrutée par des regards avides. A deux pas de cette installation, vous trouvez une partie de l’immense chaîne que le Conquérant avait utilisée pour fermer la Corne d’Or. Lorsque vous vous arrêtez devant cette chaîne, vous entendez le chant d’une chorale. Les escaliers impériaux vous dirigent vers un spectacle fabuleux qui vous coupe les pieds du sol : les décorations des dômes appartenant à des édifices byzantins et ottomans commencent à se refléter en boucle sur une des dômes du Grand Palais. Tandis que c’est le chant d’une chorale qui accompagne les monuments byzantins, on a installé un joli air du sérail aux coupoles des mosquées. Tour à tour, les coupoles de Sainte Sophie, de Sainte Irène, de Kariye, de la Mosquée Bleue, de la Nouvelle Mosquée, de la Mosquée Süleymaniye, de la Mosquée d’Ortaköy et de tant d’autres se figent pendant une minute au-dessus de votre tête.

On enchaîne ensuite avec l’époque ottomane. Même dans un coin sombre, le portrait du Conquérant signé Bellini ne perd rien de son éclat. Vous êtes encore plus envoûtés en découvrant le cahier où le Conquérant avait fait des dessins au crayon noir à l’époque où il était encore prince et où il avait dessiné l’esquisse de la tuğra (signature) qu’il allait adopter plus tard, après son intronisation. Une longue file s’est constituée devant la gravure réalisée en 1533 par Pieter C. Van Aelst et qui a été empruntée à la Bibliothèque Royale de Bruxelles. Ce travail réalisé sur du bois et qui fait 5 mètres de long qui dépeint des scènes de la vie quotidienne ottomane est très beau. S’ensuivent ensuite des miniatures qui portent la signature de nombreux artistes allant de Matrakçı Nasuh à Levni. Soliman le Magnifique paraît encore tout jeune sur le tableau réalisé par Tiziano Vecello en 1530 et qui a été ramené du Musée Kunsthistorisches de Vienne. Vers la fin de l’exposition, on a fait place à des œuvres d’artistes de la communauté minoritaire de l’époque ottomane tels Mıgırdıç Melkonyan, Mihran Iranian, Konstantin Kapıdağlı et des objets de la vie de la minorité grecque et arménienne. L’exposition semble soudain s’achève dans une salle décorée d’immenses photographies illustrant la ville d’Istanbul au début du 20ème siècle et contemporaine mais non, ces objets découverts dans ce magnifique port pendant les travaux de Marmaray surprennent une fois de plus les visiteurs.

C’est avec succès que les organisateurs de l’exposition, en tête Nazan Ölçer, et ceux qui sous la direction d’Ethem Eldem ont préparé le catalogue ont mené ce grand travail.

- Se tuer à convaincre les français, Seyfettin GÜRSEL
Referans, 8 décembre 2009

Chers lecteurs, permettez-moi d’abord de vous expliquer ce titre bien singulier de mon article. J’ignore si vous vous êtes rendu compte de mon absence sur ces colonnes la semaine dernière ? Du moins je l’espère que oui. La raison en est la célèbre grippe A. C’est ce que mon médecin avait diagnostiqué mais si je n’avais pas fait de test. Il ne l’avait d’ailleurs pas pris très au sérieux. Mais la maladie a commencé ensuite a touché les oreilles et j’ai commencé avoir de sérieux problèmes d’ouïes. Enfin, arrêtons-en nous là avec cette maladie, tout cela donc pour vous dire que j’étais malade la semaine dernière.

Vous allez de bon droit me demander ce que cela à avoir avec la France. Il semble que cela a quelque chose à avoir. Comme vous le savez, la campagne de la « saison turque » a été lancée en France à l’automne. Les expositions, spectacles et concerts sont organisées par plusieurs dizaines… Je voudrais entre temps dire combien j’ai apprécié l’exposition sur « Byzance et Istanbul ». Le président Chirac n’avait-il pas dit à une époque que nous sommes tous les enfants de Byzance ? Il avait parfaitement raison. Cette exposition confirme d’ailleurs qu’il avait raison. Pour revenir à nos moutons. Etant l’un des rares universitaires issus de l’école française qui se penchent sur les relations franco-turques, j’ai été chargé du volet « conférence » de la saison turque.

Nous avons commencé à nous mobiliser dès l’été et fixé le calendrier des conférences. Les annonces ont été publiées. Une partie des conférences étaient en l’occurrence des conférences solo. Le but était de corriger les informations erronées de l’opinion publique française sur l’adhésion de la Turquie à l’UE, de briser les préjugés, de prouver – ce qui est le plus important – que les relations Turquie-UE ne se réduiront jamais dans un cadre de « partenariat privilégié » comme le défend le duo Sarkozy-Merkel et par conséquent d’analyser ce que pourrait rapporter à l’UE une Turquie membre ou indépendante. Comme vous pouvez le deviner il s’agissait-là d’une noble mission et toute défection pouvait vous valoir des accusations de haute trahison. Je pense que ce constat convient tout à fait dès lors que l’on imagine combien cette notion a perdu ces derniers temps de sa valeur. Soit.

La première conférence, qui était de type solo, avait été organisée par l’Université de tous les savoirs (UTLS) le dimanche 18 octobre à Paris. J’y ai fait une intervention devant une masse importante de participants sur la question de savoir si « une Turquie membre de l’UE était une charge ou un atout ? ». Les organisateurs et mes amis qui figuraient parmi les participants m’ont dit qu’ils avaient été impressionnés. Ils peuvent l’avoir dit juste par gentillesse et non parce qu’ils le pensaient réellement. Mais la surprise venait de mes anciens camarades de Sultanili. Comme UTLS avait retransmis la conférence en direct sur internet, mes amis avaient pu la suivre. (pour les francophones qui seraient intéressés, voici l’adresse : www.utls.fr) J’ai reçu des mails pleins d’éloges de ces anciens camarades qui sont de vrais kémalistes, nationalistes et eurosceptiques. J’en ai été très fier certes mais je ne peux cacher que cela m’a un peu inquiété aussi. Soit, changeons de sujet…

Mon deuxième intervention je l’ai faite à Science Po, dans le cadre d’une conférence sur « La Turquie, puissance régionale », en présence de Cengiz Çandar, Soli Özel et İlter Türkmen. Dans la mesure de mes capacités d’orateur éloquent, j’ai évalué les facteurs et conditions fondamentaux pour devenir une puissance régionale et dans ce contexte les chances de la Turquie. L’organisateur du débat, Riva Kastaryano, m’a dit que mon intervention avait suscité des répercussions à Sciences Po. C’est lui qui l’a dit. A part cela, j’ai pris part le 28 octobre dernier à une conférence sur « La Turquie : entre l’adhésion et l’indépendance » à la Bibliothèque nationale de Paris qui était en quelque sorte une synthèse des conférences d’utls et de sciences po. A la veille de mon départ, je suis tombé malade. Mais j’y suis pourtant allé dans cet état (et la raison, je l’ai expliquée dans le 2ème paragraphe). Pendant le trajet du retour, ma maladie s’est empirée. Je ne sais pas s’il s’agissait d’une grippe ou non mais cela me faisait terriblement mal aux oreilles. Il y a deux jours, on m’a diagnostiqué une otite moyenne. J’ai de sérieux problèmes d’ouïe. Et dans cet état, je devrais retourner jeudi prochain en France pour une conférence sur la croissance économique et le problème du chômage dans l’économie turque à l’Université de Nice. J’ai commencé les préparatifs. (…) J’espère que je pourrai remplir ma mission dans le cadre de la saison turque sans me tuer sur le chemin de la France./.

- La saison turque en France, Yeni Safak, 30 novembre 2009

Des personnalités de renommée mondiale chacune dans leur domaine se sont retrouvés à l’occasion de l’exposition de photographies « Les 50 ans de Yasar Kemal » de Günes Karabuda, journaliste, producteur de télévision et photographe, dans le cadre de la saison de la Turquie qui se poursuit en France. L’exposition se déroule au centre d’immigration et de culture d’ELELE. Yasar Kemal y a rencontré Günes Karabuda et le fondateur et ancien propriétaire de Sipa Press, Göksin Sipahioglu et a longuement discuté avec eux, parlant d’autrefois.

Ayperi Karabuda Ecer, vice-présidente de Reuters photos, de nombreux turcs vivant à Paris et des journalistes français ont exprimé un vif intérêt pour l’exposition où il est possible de voir des photos jamais dévoilées jusqu’à présent qui pourra être visitée jusqu’au 14 décembre.

- Les 50 ans de Yasar Kemal à Paris, Taraf, 30 novembre 2009

L’exposition du photographe Günes Karabuda intitulée « Les 50 ans de Yasar Kemal » et organisée dans le cadre de la saison de la Turquie qui se poursuit en France, a permis à d’innombrables personnalités de renom de se retrouver au centre d’immigration d’ELELE à Paris
Des personnalités de renommée mondiale chacune dans leur domaine se sont retrouvés à l’occasion de l’exposition de photographies « Les 50 ans de Yasar Kemal » de Günes Karabuda, journaliste, producteur de télévision et photographe, dans le cadre de la saison de la Turquie qui se poursuit en France. L’exposition se déroule au centre d’immigration et de culture d’ELELE. Yasar Kemal y a rencontré Günes Karabuda et le fondateur et ancien propriétaire de Sipa Press, Göksin Sipahioglu et a longuement discuté avec eux, parlant d’autrefois.
(…)

- Les 50 ans de Yasar Kemal à Paris, Aksam, 30 novembre 2009

Des personnalités de renommée mondiale chacune dans leur domaine se sont retrouvés à l’occasion de l’exposition de photographies « Les 50 ans de Yasar Kemal » de Günes Karabuda, journaliste, producteur de télévision et photographe, dans le cadre de la saison de la Turquie qui se poursuit en France.

- La saison Yasar Kemal à Paris, Cumhuriyet, 30 novembre 2009

Dans le cadre de la saison de la Turquie qui se poursuit en France, le journaliste, producteur de télévision et photographe, Günes Karabuda, a inauguré avant-hier une exposition intitulée « Les 50 ans de Yasar Kemal ». Yasar Kemal, la grande plume de la littérature turque, qui assistait à l’exposition présentée dans les locaux du centre de l’immigration et de la culture ELELE, y a rencontré Göksin Sipahioglu, fondateur et ancien propriétaire de Sipa Press, Ayperi Karabuda Ecer, vice-présidente de Reuters photos, de nombreux turcs vivant à Paris et des journalistes français. L’exposition où il est possible de voir des photos jamais dévoilées jusqu’à présent pourra être visitée jusqu’au 14 décembre. L’exposition « Le Cukurova de Yasar Kemal » de Lütfi Özgünaydin, qui sera inaugurée demain, pourra elle être visitée jusqu’à mercredi 30 décembre.

- Trois artistes turcs au Palais de la Porte dorée, Cumhuriyet, 29 novembre 2009

L’exposition, qui s’inspire de la notion de l’immigration, s’est déroulée à la Cité nationale de l’histoire de l’immigration.

Le Palais de la Porte dorée, inauguré en 1931 et servant de musée des colonies jusqu’en 2007 où il est aménagé en Cité nationale de l’histoire de l’immigration, abrite depuis le 13 octobre dernier une des activités dans le cadre de la saison de la Turquie. Trois artistes turcs, Nil Yalter, Ahmet Sel et Handan Börüteçene, y exposent leurs œuvres inspirées de la notion d’immigration dans le cadre d’une organisation de l’association ELELE. (…)

- Ils se sont retrouvés à Paris…, Cumhuriyet, 27 novembre 2009

Un des plus importants noms de la littérature turque, Yasar Kemal, Güzin Dino et un des plus brillants noms parmi les journalistes-photographes, Göksin Sipahioglu, se sont retrouvés à Paris. Gürcan Türkoglu, représentant permanent de la Turquie auprès de l’UNESCO, a organisé une réception en l’honneur de Yasar Kemal qui se trouvait à Paris pour une conférence dans le cadre de la saison de la Turquie. Yasar Kemal, Güzin Dino et Göksin Sipahioglu ont longuement discuté ensemble. Par ailleurs, une soirée spéciale sera organisée aujourd’hui en l’honneur de Yasar Kemal qui avait reçu le prix Cino-del Duca, à la Bibliothèque nationale de Paris. Participeront notamment à ces « rencontres avec Yasar Kemal » l’ancien ministre de la culture, Jack Lang, Daniel Rondeau, journaliste, romancier et diplomate, le professeur Altan Gökalp, anthropologue, et Ragip Duran, journaliste et écrivain.

- 
Les anciens amis étaient à Paris, Yeni Safak, 27 novembre 2009

Un des plus importants noms de la littérature turque, Yasar Kemal, Güzin Dino et un des plus brillants noms parmi les journalistes-photographes, Göksin Sipahioglu, se sont retrouvés à Paris. Gürcan Türkoglu, représentant permanent de la Turquie auprès de l’UNESCO, a organisé une réception en l’honneur de Yasar Kemal qui se trouvait à Paris pour une conférence dans le cadre de la saison de la Turquie. Yasar Kemal, Güzin Dino et Göksin Sipahioglu ont longuement discuté ensemble.

- Mise en scène de la pièce « Kesanli Ali » à Paris, Sabah, 26 novembre 2009

Dans le cadre de la saison de la Turquie en France, le groupe de théâtre du lycée Pierre Loti à Istanbul a présenté la pièce de Haldun Taner « Kesanli Ali » à la mairie du 9ème arrondissement à Paris. C’est la première fois que le bâtiment ouvre ses portes à une troupe lycéenne qui a été fortement applaudie par les spectateurs français qui remplissaient la salle. Le metteur en scène, François Baril, et la responsable éducation de la saison, Huguette Chuvin-Meunier, ont déclaré que les lycéens s’étaient préparés pendant leur temps libre, après les cours. Aujourd’hui, la pièce sera présentée au lycée La Martine.

- 
Yasar Kemal à Paris, Doga Hizlan, Hürriyet – 26 novembre 2009

De la musique à la littérature, en passant par les arts de la scène, d’importantes activités sont organisées dans le cadre de la saison de la Turquie.
Yasar Kemal marque la semaine qui commence le 24 novembre et qui sera dominée par les expositions de photographies et de panels.
Demain soir, une soirée spéciale Yasar Kemal sera organisée avec la participation de l’ancien ministre de la culture français, Jacques Lang. (…)

- 
Les activités de la saison de la Turquie en France se sont accélérées
Soirée Yaşar Kemal à Paris, Radikal, 26 novembre 2009

De nombreuses activités seront organisées dans le cadre de la saison de la Turquie dans la dernière semaine de novembre et début décembre. Des sections sont spécialement consacrées à la Turquie dans les salons et les festivals en France.

Différentes organisations sont réalisées à Paris en l’honneur de Yaşar Kemal. Hier, une réception a été organisée par la représentation de la Turquie auprès de l’UNESCO. Demain soir, une soirée spéciale Yaşar Kemal se déroulera à la Bibliothèque nationale, intitulée « les rencontres Yaşar Kemal », avec la participation de l’ancien ministre de la Culture français, Jacques Lang. Une section spéciale a été consacrée à l’écrivain au salon du livres « La Turquie tout au long des pages » organisée par l’association ELELE et la mairie du 10ème arrondissement.

- La saison de la Turquie à Paris, Aksiyon N° 780, du 16 au 22 novembre 2009

Les œuvres du célèbre peintre Metin Asag sont exposées dans le cadre de la saison de la Turquie qui se poursuit à Paris sous le titre « Les Turcomanies de Metin Asag ». Elles suscitent un vif intérêt dans les milieux artistiques français. L’exposition qui relate une aventure millénaire depuis l’arrivée des Turcs en Anatolie présente également de précieuses œuvres sur Istanbul. Elle peut être visitée jusqu’au 27 novembre.

- 
Mediterranean festival promotes Turkey in France, Thursday, November 19, 2009
PARIS – Anatolia News Agency

The Mediterranean part of Turkey came on focus at a festival in Strasbourg.

A Mediterranean festival in Strasbourg, France, has given particular importance to Turkey as part of the country’s "Turkey Season,” which aims to promote knowledge about Turkey.

Launched in 1999, the Strasbourg Mediterranean Festival takes place every two years. It is designed to bring locals together and to provide a way for neighboring countries to interact through a program of concerts and shows.

The festival began Saturday with a reception in which Turkish and Mediterranean cuisine was served alongside local Alsace cuisine.
Plays, concerts, and panel discussions will take place during the festival, which began Nov. 21 and will continue until Dec. 5.
Turkish singers and the Malietes band, which comprises Greco-Turkish musicians, will perform concerts.

A documentary film called “Exiles for Peace” prepared by Osman Okkan and Simone Sitte will be screened, followed by a panel discussion on the "obligatory exchange of the population between Turkey and Greece in 1923," which will take place on the sidelines of the festival.
A panel discussion titled "Turkey-France : Europe ?" is also a highlight of the festival.

"Turkey Season" in France began in July with a show by the dance group "Fire of Anatolia" and a concert by "Mercan Dede."
Turkey will be promoted with more than 400 artistic and cultural activities in more than 70 cities in France for nine months.

- Sultans battle invaders in Paris show feting Turkish melting pot, Tuesday, November 17, 2009
Jorg von Uthmann
BLOOMBERG

’From Byzantium to Istanbul : One Port for Two Continents,’ an exhibition at the Grand Palais in Paris, presents 300 objects chronologically, beginning with the prehistoric, Greek and Roman eras and continuing to the Ottoman Empire. Portraits of sultans, courtly robes, tents, carpets, furniture, city views and manuscripts pay testament to Istanbul’s most glorious periods

Is Turkey part of Europe ? That politically charged question has crept up on the fringes of a Paris exhibition, “From Byzantium to Istanbul : One Port for Two Continents.”

On display at Paris’ Grand Palais – the first in a season of Turkey-related events across France – the show dispels any doubts about the European roots of Istanbul, a city set to be a European Capital of Culture next year.

About 300 objects are presented chronologically, beginning with the prehistoric, Greek and Roman periods. Recent tunneling work for the Istanbul subway has proven to be a bonanza for archaeologists.
Amid the freshly excavated ceramics, jewelry, burial objects and decorated funeral slabs, or steles, look for a coin picturing the mythical ruler Byzas, said to have founded the city in 660 B.C.

The city’s real-life ruler Constantine the Great – the first Roman emperor to have become a Christian – rebuilt Byzantium on a magnificent scale as New Rome, and renamed it Constantinople in 330 A.D.

His most prominent successor, Justinian the Great (482-565) – codifier of Roman law, builder of the original Hagia Sophia cathedral and husband of the courtesan Theodora – led Constantinople to overtake Rome as Europe’s richest and most populous city.

Reading the labels on the chalices, reliquaries, icons and ivory carvings in the exhibit, you’ll find that many are from museums in Western Europe. That’s because in 1204, the invading Crusaders, lacking the funds to reach Jerusalem and liberate it from the infidels, attacked Constantinople instead, and took everything that wasn’t nailed or screwed down.

City’s choice

The eventual animosity between the Eastern Church and the Roman Church is no surprise. In 1453, when Sultan Mehmed II besieged the city, Constantinople preferred to be annexed by the Ottoman Empire than to be saved by the pope.

The Ottoman period, which lasted until the end of World War I, is the most richly documented in the show, and was when Istanbul, as it is now called, became the center of the Muslim world.
Mehmed II (1432-81), the conquering sultan, was a born warrior, yet he was also a tolerant and civilized man. He welcomed Muslims, Christians and Jews into his new capital, creating the melting pot that Istanbul still is today.

Under Mehmed and, later, his great-grandson Suleiman I “the Magnificent” (1494-1566), Istanbul regained its past glory. Only in the 19th century when the Ottoman Empire was driven out of its Balkan possessions, did it become known as the “sick man of Europe.”

Courtly robes

Portraits of sultans abound in the Paris show, as do courtly robes, tents, carpets, furniture, city views and manuscripts – not to mention coffee sets and water pipes. All are a testament to Istanbul’s most glorious period.

Several objects come from the city’s Topkapı Palace, the seraglio built by Mehmed II, now a museum.

The show got a low-key inauguration last month by French President Nicolas Sarkozy, who opposes Turkey’s membership in the European Union. He programmed a brief visit to the exhibition with his Turkish counterpart, Abdullah Gül, who had flown over to open the season, and kept the accompanying delegations small, according to daily Le Monde.
Setting aside that timid opening, this show is very much worth a visit.
“De Byzance a Istanbul” (From Byzantium to Istanbul) is sponsored by Aveva Group Plc, Axa SA, European Aeronautic Defense and Space Co. and Total SA. The exhibition runs through Jan. 25, 2010.

JPEG

JPEG
JPEG

JPEG

JPEG
JPEG

JPEG

JPEG
JPEG
JPEG

JPEG
JPEG
JPEG
JPEG
JPEG

JPEG

JPEG
JPEG

JPEG

JPEG
JPEG

JPEG

JPEG

JPEG

JPEG
JPEG

JPEG
JPEG
JPEG

publié le 12/02/2010

haut de la page