Santé – Lancement de la campagne de reconstitution du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme (Paris, 12 septembre 2018)

Santé – Lancement de la campagne de reconstitution du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme (Paris, 12 septembre 2018)

Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des affaires étrangères, et Agnès Buzyn, ministre des solidarités et de la santé, ont accueilli mercredi 12 septembre au Quai d’Orsay la présentation du rapport sur les résultats 2018 du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme par Peter Sands, directeur exécutif du Fonds mondial. Charles Gomis, ambassadeur de Côte d’Ivoire en France, et la Pr. Hakima Himmich, présidente de l’ONG Coalition plus, se sont également exprimés. La séance était modérée par Stéphanie Seydoux, ambassadrice en charge des questions de santé mondiale.

La présentation a été précédée d’une séquence de mobilisation du secteur privé, co-organisée avec l’organisation (RED) fondée par Bono et en partenariat avec le conseil français des investisseurs en Afrique et Salesforce France, visant à encourager les dirigeants d’entreprises français et internationaux à investir dans la santé mondiale.

L’événement, placé sous le haut-patronage du Président de la République, a lancé la préparation de la sixième conférence de reconstitution des ressources du Fonds mondial qui se tiendra à Lyon le 10 octobre 2019 afin de recueillir pour la période de programmation 2020-2022 les financements publics et privés nécessaires à la poursuite de sa mission de lutte contre les grandes pandémies. Le sida, la tuberculose et le paludisme demeurent des menaces majeures pour la santé mondiale. La mobilisation de ressources financières suffisantes est indispensable pour éviter une résurgence de ces pandémies et l’explosion des formes résistantes de tuberculose et de paludisme.

La décision d’accueillir cette conférence réaffirme l’engagement historique de la France en faveur de la santé mondiale. Depuis le début des années 2000, la France a été à l’avant-garde de la mobilisation internationale en participant à la création du mécanisme novateur qu’est le Fonds mondial, dont elle est le deuxième bailleur historique avec 4,2 milliards d’euros de contribution, dans le cadre de sa politique de mise en œuvre des objectifs de développement durable. Le Fonds mondial intervient aujourd’hui dans plus de 100 pays en développement et représente 57 % des financements mondiaux contre le paludisme, 20 % pour le VIH/sida, et 65 % pour la tuberculose, permettant des progrès exceptionnels dans l’accès aux traitements et à la prévention contre les épidémies.

publié le 13/09/2018

haut de la page