Turquie - Q&R - Extrait du point de presse (29 octobre 2018)

Q : La Turquie a procédé hier, dès le lendemain du sommet d’Istanbul, à des bombardements dans le nord de la Syrie et menace de lancer une nouvelle offensive. Quelle est votre réaction ?

R : Nous sommes préoccupés par les bombardements turcs qui ont visé hier le nord-est de la Syrie libéré de Daech, et particulièrement la région de Kobané. Nous appelons la Turquie et toutes les parties impliquées à la plus grande retenue.

Comme l’ont souligné les chefs d’État et de gouvernement de la France, de l’Allemagne, de la Russie et de la Turquie lors du sommet quadrilatéral qui s’est tenu samedi à l’invitation de la Turquie, il ne saurait y avoir de solution militaire au conflit syrien. C’est uniquement dans le cadre d’une solution politique conformément à la résolution 2254 du Conseil de Sécurité des Nations unies que pourront être trouvés les moyens de stabiliser durablement la Syrie et de garantir son intégrité et la sécurité de ses voisins.

Notre priorité demeure le combat contre Daech, que les Forces démocratiques syriennes (FDS) poursuivent avec notre soutien.

publié le 31/10/2018

haut de la page